Atelier de concertation communautaire sur les mutuelles de santé en RDC



Le réseau des coordinations provinciales de la Société civile Santé « CPSCS », soutenue par BAC asbl, a réalisé du 4 au 5 août 2016 un travail de réflexion sur le fonctionnement des mutuelles de santé en RDC animé par un Consultant de la Diaspora Congolaise de Belgique expert dans les mutuelles de santé en Belgique. Le but était de chercher des voies et moyens d’accroître la contribution des mutuelles à l’accès des communautés à des soins de qualité pour tous d’une part, et d’autre part à améliorer la viabilité et la survie de ces mutuelles.


Cet atelier a été précédé d’une enquête approfondie dans 10 provinces soutenues par BAC Asbl, à savoir les provinces du Kongo Central, du Kwango, de Kwilu, du Nord-Kivu, de Maniema, de la Tshopo, de l’Ituri, du Bas-Uélé, du Haut-Katanga et de Kinshasa sur base d’un questionnaire envoyé en juillet.


En résumé, il ressort de ce travail les éléments suivants :


Constats généraux

Les mutuelles de santé existent un peu partout, mais elles fonctionnent généralement mal. Les principaux problèmes auxquelles elles sont confrontées sont :


La mauvaise gouvernance (malversations, mauvais fonctionnement….)

Le faible taux d’adhésion et de cotisations, et donc aussi  insuffisance de moyens financiers

L’inefficacité dans la prise en charge de malades

Méconnaissance et/ ou perte de confiance auprès de la population

Les mutuelles paraissent ne pas être donc un problème en elles-mêmes, mais c’est la façon de les concevoir, de les gérer et de les promouvoir qui n’est pas souvent adaptée.


Propositions d’actions à entreprendre

Le réseau CPSCS entend donc apporter sa contribution pour améliorer cet état de fait, par trois types d’actions à mener sur le terrain :


 


Sur le terrain (niveau provincial) :

 


Engranger la dimension communautaire de ces mutuelles (existantes) : les mutuelles doivent être des mouvements sociaux et solidaires dans lesquels les gens se reconnaissent. Ce qui suppose un ancrage dans la communauté, mais aussi un travail de sensibilisation et de mobilisation à la base pour que les gens y adhèrent et les soutiennent. Cette dimension communautaire permettra aussi une meilleure mobilisation des ressources locales et des cotisations plus régulières par les membres.

 

Améliorer les liens avec les institutions prestataires de soins de santé (centres de santé, hôpitaux) : la SCS est implantée dans plusieurs provinces et y entretient de relations avec des centres de santé et des hôpitaux. Elle entend y contribuer à nouer des liens entre les mutuelles de santé et ces centres, pour mettre en place des mécanismes et des conventions qui permettent une réelle prise en charge de malades auprès de ces centres.


 

Renforcer la gouvernance des mutuelles et leur efficacité : la mauvaise gouvernance décourage les adhérents et laisse une très mauvaise image des mutuelles auprès de l’opinion. Avec la dimension communautaire et l’interface avec les centres de santé, la SCS entend aussi instaurer ou renforcer la transparence dans la gestion des mutuelles avec lesquelles elle va collaborer. Cela permettra d’éviter des abus et contribuera à accroître la crédibilité auprès de l’opinion, mais aussi l’efficacité de ces mutuelles dansa réalisation d leurs missions.



 


Au niveau national (ou inter-provincial)

Ce triptyque d’actions de terrain par la SCS doit cependant être renforcé par deux autres types de soutien au niveau supra-provincial :


Travail de plaidoyer : la SCS entend mener au sommet et en commun un travail de plaidoyer permanent en faveur de la promotion des mutuelles de santé. Il a été proposé de le faire au niveau national par l’adhésion à la plate-forme POMUCO qui mène ce travail de plaidoyer, mais aussi de poursuivre ce travail à l’intérieur du réseau SCS ;

Renforcement des capacités : recourir à des expertises techniques spécifiques (CGAT, PNLMS…) pour renforcer les mutuelles (formations, appuis techniques, échanges d’expérience set des bonnes pratiques entre mutuelles, etc).

***


BAC est donc vivement sollicité pour inscrire ces axes de travail dans son programme afin de soutenir la contribution du réseau des CPSCS dans l’amélioration du fonctionnement des mutuelles pour garantir un accès de la communauté à des services et soins de santé de qualité en RDC